• Deutsch
  • English

L’Institut

WZ38 Dach-fertig

          

 

Nombreux sont ceux qui ressentent qu’il ne suffit pas de contrôler les teneurs en substances polluantes de l’eau pour évaluer sa qualité de l´eau de manière adéquate. Qu’est-ce qu’une eau de bonne qualité, capable de nous vivifier, et quelles sont ses caractéristiques ? Cette question se heurte à des représentations imprécises. Une référence définissant une eau de bonne qualité fait largement défaut.

 

C’est vers cette définition de la qualité d’une eau saine et vivifiante au regard du règne vivant dans son ensemble que nous orientons en priorité nos recherches à l’ Institut pour la Science des Fluides. Nous nous efforçons de comprendre l’eau comme un médiateur de la vie et cherchons à poser les bases des connaissances scientifiques nécessaires au développement de plus de responsabilité vis-à-vis de cet élément primordial.

 

Le travail de l’institut s’est fait connaitre à l’occasion de la parution du livre le Chaos sensible de Theodor Schwenk, auteur de recherches sur le lien entre l’eau et les forces modelant le règne vivant. L’institut a été fondé en 1961 dans le sud de la Forêt ­Noire en un lieu offrant un approvisionnement adapté en eau de source d´excellente qualité. Theodor Schwenk, son cofondateur et premier directeur, a développé dans les années qui suivirent la méthode hydrodynamique sensible afin de mettre en évidence les propriétés subtiles de l’eau par l’étude des formes engendrées par son mouvement. C’est une méthode morphogénétique, se basant sur la genèse des formes, et non une méthode analytique. Elle procède par comparaison, à la manière goethéenne. Elle permet de représenter sous forme d’une image, l’activité créatrice de formes de l’eau. Les recherches sur cette méthode ont été poursuivies en la perfectionnant, afin de comprendre plus exactement ses fondements et son domaine d´application. Elle constitue jusqu’à ce jour un de nos outils principaux.

 

Les travaux de recherche de l’Institut menés sur les eaux potables, les nappes phréatiques, les eaux des sources et des rivières montrent que la capacité circulatoire des eaux génère des images très diverses. La dyna­mique de l’eau constitue un critère d´évaluation à part entière et contribue — en complément aux méthodes analytiques — à la définition d’une notion globale de la qualité.

Avec la méthode hydrodynamique sensible, nous cherchons d’une part à définir une image de référence pour l’eau potable de bonne qualité et d’autre part à connaitre les influences exercées par les techniques et les traitements sur la mobilité de l’eau. Nous nous consacrons par ailleurs à des questions de recherche fondamentale, comme par exemple à la sensibilité de l’eau aux processus temporels rythmiques, comme les évènements astronomiques.

 

Notre travail rencontre un intérêt croissant dans les milieux profession­nels et au niveau du public, si bien que la demande de publications et de manifestations pédagogiques dépasse nos possibilités.

Notre institut accueille actuellement 5  scientifiques. En tant qu’organisme de recherche indépendant de toute tutelle, nous sommes toujours confrontés à des problèmes de financement. Notre travail a donc besoin d´être soutenu par des dons pour pouvoir être mené à terme. Les nécessaires dons et donations viennent compléter les honoraires et recettes venant de demandes d’analyse et le financement de certains projets par des fondations. Nous avons un besoin permanent de nouveaux membres et bienfaiteurs, ils sont toujours bienvenus.

 

Des collègues scientifiques compétents sont engagés dans l’association et contribuent aux prises de décisions. A la base de l’engagement des membres de l’association et des collaborateurs de l’Institut se trouve cette conviction que l’origine des problèmes d’eau ne réside pas dans le manque de technologies, mais dans une réelle indifférence vis-à-vis de l’eau, en tant que vecteur de vie. Ce n´est pas par des appels au sens civique, ni par des appareils quels qu’ils soient que viendrons les progrès, mais bien plutôt de la prise de conscience individuelle du rôle vital de l’eau et de l’éducation au respect qui lui est dû.

L’institut pour la Science des Fluides a accueilli au cours des deux dernières décennies environ 9 000 personnes qui souhaitaient s’informer sur son travail; un grand nombre d’entre elles ont manifesté un intérêt et un enthousiasme nouveaux pour l’eau suite aux expériences qu’elles y ont faites. Nous voulons maintenir ce lien et le renforcer. Vu sous cet angle, l’institut ne contribue pas seulement à plus de savoir-faire technique, mais aussi un travail pédagogique et un travail de recherche moderne et scientifique qui s’appuie sur l’anthroposophie.